Former et informer les agriculteurs, une nécessité

Une visite dans un champ de blés anciens en mélange © photo Laurent Prysmicki

Les semences actuellement disponibles sur le marché étant peu ou pas adaptées aux productions conduites à très faibles niveaux d’intrants ou en agriculture biologique, le groupe Agriculteurs a mis en place plusieurs types de formations, nécessaires pour obtenir de bons résultats.

Cultiver des variétés “population” de plantes adaptées à son système

L’objectif de cette formation est d’apprendre une nouvelle approche de conduite de ses cultures, par la mise en place d’essais de variétés “population”, limitant l’utilisation d’intrants et s’adaptant aux conditions pédo-climatiques du territoire.

Plateforme d’essais chez un agriculteur de CBD © photo CBD

Cette formation passe par l’apprentissage et approfondissement des principes de sélection et de maîtrise du protocole de notation et doit permettre de maîtriser les étapes de la production de semences en se fixant des objectifs de sélection. Elle est destinée aux agriculteurs picto-charentais de la région Nouvelle Aquitaine en recherche d’autonomie.

Ces formations d’une durée totale de 14 h sont réparties sur trois à quatre journées. Les points abordés lors de ces journées sont les suivants :

La législation en vigueur et les possibilités de produire des semences de fermes et de faire un travail de conservation et de sélection de variétés “population”.
Intérêts de la culture des variétés “population” pour l’adaptation au terroir.
Bien commencer avec un premier lot de semences, choix de la variété, partage de connaissances…
Apprendre à implanter une parcelle de maïs / de tournesol “population”.
Maîtriser les modalités de notations et apprendre à observer la végétation.
Stocker correctement les semences.
Apprentissage de la sélection massale sur maïs et/ou tournesol – connaissance des autres schémas de sélection.
Les notations, la récolte et le stockage sur les exploitations.
Bilan de la campagne à partir des observations effectuées par chacun.
Se préparer à utiliser les semences l’année suivante.

Produire ses semences à la ferme

Formation sur le maïs “population” chez un agriculteur de CBD © photo CBD

Au vu du nombre grandissant de demandes d’information et de participants aux premières demi-journées de formations (nombre de participants multiplié par deux), une formation plus générale est mise en place : « Produire ses semences à la ferme ».  Cette formation est dispensée selon les besoins des nouveaux adhérents ou la dynamique sur un secteur précis. Elle fait également l’objet d’interventions auprès de nos partenaires.

Cette formation couvre les points suivant :

Réglementation.
Génétique et domestication des plantes.
Implantation et culture des variétés “population” en vue de reproduire ses semences.
Récolte et conservation des graines : sélection, récolte, séchage, triage et stockage.
Visite d’installations.

Se réapproprier les méthodes de sélection du blé à la ferme : la sélection participative

Visite d’un champ de maïs “population” chez un agriculteur de CBD © photo CBD

De  plus en plus d’agriculteur faisant eux même la transformation de leur céréales (farine, pains, pâtes…), des journées spécifiques de formation sont organisées à leur encontre. En 2016 un premier rendez-vous à eu lieu avec un intervenant du RSP : « Se réapproprier les méthodes de sélection du blé à la ferme : la Sélection Participative ».

Les thèmes :

Souveraineté alimentaire, agroécologie et semences.
L’histoire de la sélection.
Le Réseau Semences Paysannes (RSP).
Les Maisons des Semences Paysannes.
Quelle méthodologie de la sélection ?
Mobilisation et brassage de la biodiversité cultivée.
Évaluation et sélection.
Production.
La mise en réseau des acteurs.
Évaluation bilan.
Les droits d’usage collectifs.
Temps de discussion sur l’éventuelle mise en place d’un programme de sélection collaborative.